Hyménoptères

Piqûres d’hyménoptères : attention au choc !

L’actualité récente fait état d’un accident de service au cours d’une intervention par un pompier d’Issoudun dans l’Indre pour la destruction d’un nid d’hyménoptères.

Ce dernier aurait fait l’objet de multiples piqûres au visage, ce qui aurait engendré un état de choc anaphylactique, pour lequel ce sapeur-pompier a dû être pris en charge en urgence et hospitalisé.

Les hyménoptères (Hymenoptera) sont un ordre d'insectes qui comporte des espèces bénéfiques à l'homme pour leur rôle de pollinisateur ou d'auxiliaires de cultures et d'autres qui sont des déprédateurs de végétaux ou de milieux forestiers, jouant ainsi un rôle central dans le maintien des équilibres naturels. Des représentants communs de cet ordre sont les abeilles, les guêpes et les fourmis, présentes sur tous les continents sauf l'Antarctique.

Nid de frelons asiatiques

De nature non agressive vis-à-vis de l’Homme, les hyménoptères peuvent se montrer très agressifs dans un périmètre de 5 à 10 mètres autour de leur nid. L’espèce connue sous le nom de frelon asiatique, particulièrement agressive, pourrait avoir un venin plus puissant que les autres espèces, même si cela n’a pas été démontré, et présente comme particularité de pouvoir projeter à distance leur venin. Leur dangerosité vient surtout du risque accru de piqûres multiples.

Trois situations peuvent entraîner des complications médicales :

  • piqûres multiples,
  • piqûre unique avec localisation muqueuse (yeux, bouche…),
  • patient allergique au venin d’hyménoptère.

Les réactions allergiques aux piqûres d'hyménoptères peuvent être graves, parfois mortelles, chez les personnes sensibles. Les substances allergisantes sont essentiellement des enzymes contenus dans le venin : phospholipases, hyaluronidases et phosphatases acides.

La réaction, en cas de piqûre, est en générale immédiate mais elle peut parfois être différée dans le temps. Elle peut aller d'une simple rougeur au point d'injection jusqu'au choc anaphylactique potentiellement mortel.

L’apparition d’un changement de la tonalité de la voix ou d’une hyper salivation précèdent souvent précocement l’apparition d’un choc anaphylactique. C’est une urgence médicale qui doit imposer l’appel au 18 ou 112.

Le traitement préventif consiste à éviter, autant que possible, les piqûres d’hyménoptères par le port systématique des EPI mis à la disposition des équipes d’intervention. Si une certaine immunité peut apparaître chez certaines personnes exposées à des piqûres uniques répétées, celle-ci n’existe pas face à plusieurs piqûres et donc ne protège pas les individus face au risque de choc anaphylactique.

Le port permanent d'une seringue d'adrénaline (ANAKIT° ou ANAHELP°) chez les patients ayant fait un premier épisode d'allergie grave aux hyménoptères est recommandée. Une désensibilisation peut être proposée.

Tout personnel ayant présenté des antécédents d’allergie ou de choc anaphylactique à une ou plusieurs piqûres d’hyménoptères est déclaré inapte définitif à la réalisation d’intervention en présence hyménoptères.

L’intervention doit être réalisée en binôme équipé de tenues SPF1 manches rabaissées, de tenues anti-insectes complètes comprenant la combinaison, les gants, le casque, la visière et le masque de protection oculaire. La tenue peut être scotchée sur les chaussures et les gants si nécessaire.

Scotchage de la tenue sur les gants d'intervention

Une perche de 23 m est disponible au CPI Pontlevoy-Thenay pour le traitement des nids difficiles à atteindre. Elle permet également de limiter l’exposition des personnels et les risques de chute.