Sapeurs-pompiers
de Loir-et-Cher

Spécialités

La spécialité RCHB (risques chimiques et biologiques) de Loir-et-Cher

La spécialité risques chimiques et biologiques permet aux sapeurs-pompiers formés dans la spécialité d’intervenir et de répondre à toutes les situations d’urgence. Leurs actions entrent dans le cadre des missions dévolues aux services d’incendie et de secours.

Les membres des équipes d’intervention risques chimiques et biologiques interviennent pour l’exécution des opérations et la mise en oeuvre des matériels lors d’incident ou accident comportant des risques chimiques et/ou biologiques. Dans ce cadre, ils peuvent :

  • Assurer la protection des premiers intervenants dans le cadre de leur mission,
  • Participer, avec d’autres services, à la prise en charge des victimes et des impliqués,
  • Déterminer ou confirmer les risques liés à l’incident ou à l’accident d’origine chimique ou biologique,
  • Caractériser le risque,
  • Agir sur le risque pour le supprimer ou en limiter les effets,
  • Prendre toutes les dispositions pour limiter le transfert de contamination.

La spécialité risques chimiques et biologiques comporte quatre emplois

  • Equipier et/ou chef d’équipe reconnaissance (RCH1) : balisage et protection des primo-intervenants, sauvetage, reconnaissance,
  • Equipier ou chef d’équipe intervention (RCH2) : identification du risque, sauvegarde des populations, actions directes ou indirectes sur le risque,
  • Chef de CMIC (cellule mobile d’interventions chimiques) (RCH3) : commande le dispositif risque chimique et biologique,
  • Conseiller technique départemental (RCH4) : assure le conseil technique au commandant des opérations de secours (COS) ou au Directeur des opérations de secours (DOS), met en oeuvre les éléments et outils spécifiques d’aide à la décision.

L’effectif des personnels RCHB est de 25 équipiers ou chefs d’équipe RCH1, 64 équipiers ou chefs d’équipe RCH2, 5 chefs de CMIC (RCH3), 1 conseiller technique départemental (RCH4), soit 95 sapeurs-pompiers spécialistes.

L’unité d’intervention risques chimiques et biologiques dispose d’une cellule risques technologiques (reconnaissance et intervention) stationnée au CSP Blois-Nord et de deux véhicules pour les équipes reconnaissances, stationnés aux CSP Vendôme et Romorantin-Lanthenay.

Il existe 4 niveaux de formation pour le risque chimique et biologique, du RCH1 au RCH4

  • RCH1 : stage départemental ou inter-départemental de 52 heures, validant l’un des emplois d’équipier reconnaissance risque chimique et biologique (ou de chef d’équipe si l’agent est titulaire de l’unité de valeur correspondante) ;
  • RCH2 : stage départemental ou inter-départemental de 67 heures, validant l’un des emplois d’équipier intervention risque chimique et biologique (ou de chef d’équipe si l’agent est titulaire de l’unité de valeur correspondante) ;
  • RCH3 : stage départemental, inter-départemental ou national de 90 heures, validant l’emploi de chef de CMIC ;
  • RCH4 : stage national réalisé à l’ENSOSP (Ecole Nationale Supérieure des Officiers de Sapeur-Pompier située à Aix-les-Milles) de 122 heures, validant l’emploi de conseiller technique départemental en risques chimiques et biologiques.

Le groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux de Loir-et-Cher (GRIMP)

La spécialité GRIMP permet d’intervenir en matière de reconnaissance et de sauvetage dans les milieux naturels et artificiels où les moyens traditionnels des sapeurs-pompiers sont inadaptés, insuffisants, ou dont l’emploi s’avère dangereux en raison de la hauteur ou de la profondeur et des risques liés au cheminement (évacuation de personnes par l’extérieur en position horizontale, sauvetage en hauteur, sauvetage dans les puits, sauvetage d’élagueur, destruction d’insectes en hauteur, reconnaissance en milieu confiné…).

La spécialité GRIMP comporte 3 emplois :

Sauveteur GRIMP (IMP2)

  • Equipement de sites dans le cadre de l’opération
  • Exécution de reconnaissances
  • Exécution d’un sauvetage.

Chef d’unité GRIMP (IMP3)

  • La direction technique des opérations
  • La formation des sauveteurs GRIMP.

Conseiller Technique GRIMP (IMP3 CT)

  • Le conseil du Directeur départemental
  • L’organisation et le suivi de la formation des personnels du GRIMP.

L’effectif de la spécialité GRIMP est de 4 IMP1 non opérationnels, 15 IMP2, 3 IMP3 et 1 IMP3 CT.

Le GRIMP dispose d’un engin lourd pouvant embarquer 6 IMP, avec à son bord l’ensemble des matériels nécessaires pour mener à bien leurs missions (cordes statiques et dynamiques, treuils électrique, thermique et manuel, brancards...).

Formations

  • IMP1 : Formation départementale certificative d’une durée de 5 jours ; autonomie sur corde.
  • IMP2 : Formation certificative dans un SDIS agréé d’une durée de 10 jours ; réalisation de systèmes d’abordages et d’évacuations de victimes.
  • IMP3 : Formation certificative au CNF de Florac (Lozère 48) d’une durée de 10 jours ; encadrement des opérations de sauvetages.

Le SDIS de Loir-et-Cher dispose d’une équipe départementale spécialisée dans le secours aquatique et subaquatique dit « plongeurs »

La spécialité nautique, comprenant le secours aquatique et subaquatique, est placée sous la responsabilité d’un conseiller technique départemental PLG 3.

Les missions aquatique et subaquatique sont toujours caractérisées par l’urgence dans le cadre de la sauvegarde des personnes et des biens ou de la protection de l’environnement.

Les différentes missions que les SAL(s) sont susceptibles d’assurer sont :

  • Sauvetage et assistance ;
  • Prompts secours en milieu hyperbare ;
  • Reconnaissances ;
  • Sécurité des interventions en sites aquatiques,
  • Dispositif prévisionnel de secours aquatique ou subaquatique ;
  • Travaux subaquatiques d’urgence ;
  • Assistance pour la lutte des pollutions et la protection de l’environnement ;
  • Recherches diverses.

Actuellement, l’unité de secours nautique est composée de 13 Scaphandriers autonomes légers (SAL), de 3 chefs d’unité (CU SAL) et d’un conseiller technique départemental (CTD SAL). L’ensemble de ces personnels possèdent le double statut de plongeur et sauveteur aquatique (SAV1).

L’unité de secours nautique est armée de deux VPL implantés au CSP Blois Nord et au CSP Vendôme, disposant de tout le matériel nécessaire pour assurer les missions aquatiques comme subaquatiques. Une embarcation CSL est également à disposition des plongeurs sur le CS Blois-Sud.

Le département de Loir-et-Cher recense environ 4 000 km de cours d’eau et plus de 9 300 hectares d’étangs ou plans d’eau dont certains d’entre eux sont ouverts à des activités de loisirs.

Plus des 2 tiers des interventions réalisées par l'unité (75%) sont des opérations de recherche ou de sauvetage dans le cadre de noyades accidentelles ou volontaires.

Sur les 5 dernières années, 110 personnes ont été prises en charge dans le cadre d’une intervention en milieu aquatique. Un tiers d’entre elles sont décédées.

Notons également que notre département possède un risque majeur avec près de 141 communes (soit environ 1 commune sur 2) qui sont concernées par le risque inondation. Les communes soumises au risque inondation se situent dans les vallées de la Loire (26 communes), du Loir (32 communes) et du Cher (28 communes) ainsi que dans les bassins de la Braye (8 communes), du Cosson (9 communes), du Beuvron (25 communes) et de la Sauldre (13 communes). Pour 8 d’entres elles, un risque accru est recensé suite à la présence de plusieurs cours d’eau importants sur leur territoire.

Le domaine d’intervention, secours et sécurité en milieu aquatique et hyperbare comprend 4 emplois :

  • Nageur Sauveteur aquatique (SAV1),
  • Scaphandrier autonome léger (PLG1),
  • Chef d’unité scaphandrier autonome léger (PLG2),
  • Conseiller technique scaphandrier autonome léger (PLG3).

Les sapeurs-pompiers candidats à l’intégration au sein de l’unité de secours aquatique et subaquatiques font l’objet d’une journée de sélection. Lors de cette journée, des tests sont dirigés par le conseiller technique départemental et le groupement des Activités, des Emplois, des Compétences et des Parcours Professionnels (GAECPP). La réussite à ces tests permet l’accès à un stage de préformation PLG0/SAV1.
La réussite à l’un des emplois implique chaque agent à se soumettre à un entraînement mensuel obligatoire, par le biais de FMPA en journée ou en stage bloqué afin de maintenir son aptitude opérationnelle.